traumatismes

Les traumatismes sportifs

Voici les principales pathologies et traumatismes rencontrés pour la musculation pratiquée en salle de sport ou à la maison.

Si des précautions sont à prendre avant de commencer la pratique d’un sport, les études montrent que faire de l’exercice permet d’améliorer sa condition physique et sa santé.

Les traumatismes sportifs

 

traumatismesCertaines blessures peuvent se produire du fait de l’utilisation d’un matériel non adéquat ou bien du fait une mauvaise exécution des mouvements.

Les personnes susceptibles être plus particulièrement touchées sont le débutant (fautes techniques), le sportif qui reprend une activité physique après une longue période d’arrêt (impatience à recouvrer son niveau d’antan), le sportif de haut niveau (surentraînement).

Les traumatismes possibles et ceux qui sont les plus fréquents:

Certains sports sont plus pourvoyeur de traumatismes ou de lésions, que d’autres. Statistiquement, les sports les plus sensibles sont le football, le rugby, le ski.

Les membres qui subissent le plus souvent des lésions sont le genoux et la région lombaire. Ce sont les 20-30 ans qui sont les plus touchés avec une proportion d’entorses et d’accidents musculaires importante.

 

Tableau récapitulatif des pathologies les plus fréquentes en salles de remise en forme

 

 

Pathologies

Activités génératrices

Membres inférieurs

Mollets et chevilles

Entorses

Contractures et claquages

Tendinopathies

Aérobic et step (fréquent)

Travail avec genou en extension ou genou fléchi

Travail des mollets (vétérans)

Genoux

Tendinopathies

Ménisques

Syndromes rotuliens

Squats, machine à ischio-jambiers, step

Squats (si pratique continue dans le temps)

Squats, chaise à quadriceps, step (femmes)

Hanche

Tendinopathies

Squats, travail des adducteurs (si pratique intensive)

Membres supérieurs

Poignets

Fractures

Musculation spécifique du poignet avec bobines (rare)

Coudes

Tendinopathies

Traumatismes

Epicondylites, épitrochléite

Ostéochondromatose

Travail des pectoraux, curl, Larry Scott (culturistes)

Haltérophilie en cas de dépassement du geste (rare)

Tractions à barres fixes, travail à la poulie (débutants)

Complication des pathologies qui ont évoluées

Epaules

Syndrome du bourrelet glénoïdien

Arthropathie microtraumatique

Lésions de la coiffe des rotateurs

Omarthose

Développés couchés, rowing, tractions (jeunes)

Tractions et rétropulsions (vétérans)

Elévations, curl, rowing, tractions (vétérans)

Complication des pathologies qui ont évoluées

La colonne vertébrale

Cliquer ici pour en savoir plus sur la hernie discale

Lombaires :
  • Lésions du rachis
  • Squats, banc à lombaires, rameur, travail des abdominaux.
Thorax :
  • Contractures
  • Tractions, travail des dorsaux
Dorsaux :
  • Lésions du rachis ou Hernie Discale
  • Rotations du tronc, travail en rotation des abdominaux
Cervicales :
  • Douleurs du rachis
  • Aérobic (si mouvements non contrôlés du cou)

 

traumatismes

 

La prévention des risques de blessures:

 

 

  • Consulter un médecin avant la pratique d’une activité sportive.

 

  • Echauffement progressif et conséquent avant la pratique sportive ou les exercices.

 

  • Exécution correcte des exercices, des mouvements, ou des gestes techniques.

 

  • Respecter les périodes de repos entre les exercices.

 

  • Pratiquer des étirements avant et après l’effort.

 

  • Ne pas faire de surentraînement (fractures de fatigue, baisse de la vigilance etc..)

 

  • Penser à s’hydrater suffisamment et avoir une alimentation équilibrée.

 

  • Faire un travail musculaire généralisé puis individualiser et adapter les exercices à l’activité sportive envisagée.

 

  • Choisir une tenue adaptée au sport pratiqué (chaussures spécifiques, casque, gants ou protège dents, tibias etc..)

 

  • Ne pas utiliser du matériel inadapté, non capitonné ou endommagé voire usé.

traumatismes

Les thérapies possibles suite à des traumatismes:

 

Les traitements sont nombreux. Selon la nature de la pathologie, il sera nécessaire de:

 

  • Prendre du repos même si cela n’est pas toujours aisé et facile à accepter.

 

  • L’immobilisation de la zone touchée avec des bandages, strapping, genouillère ou du plâtre.

 

  • La prise de médicaments anti-douleurs, décontractants, anti-inflammatoires, sous contrôle médical.

 

  • Faire ou suivre des cures thermales.

 

  • Faire pratiquer des manipulations articulaires par des médecins ou des kynés.

 

  • Les injections sous cutanées (la mésothérapie) de médicaments en faibles quantités, par un médecin.

 

  • Les massages car l’intervention du kinésithérapeute permet améliorer la vascularisation localement, de réchauffer et exciter le muscle. Le massage a donc un rôle anti-douleur.

 

  • La cryothérapie ou traitement de la douleur par le froid donne d’assez bons résultats.

Aidez-nous à éliminer les éventuelles fautes de frappe, les erreurs, coquilles ou incorrections. Elles seront rectifiées rapidement une fois signalées !
Si vous trouvez une faute d’orthographe ou une erreur, sélectionnez le(s) mot(s) concerné(s) via votre souris, puis appuyez à la fois sur Ctrl + Entrée.

Laissez un commentaire, Partagez !

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Souscrire  
Me notifier des