compléments alimentaires

La prise de compléments alimentaires pour sportifs n’est pas anodine.

Vaincre le Stress
Mal au Dos
Les compléments alimentaires doivent être consommés avec discernement et prudence.

Le danger des compléments alimentaires pour sportifs vient d’être mis en évidence par l’Agence de sécurité sanitaire. Cette expertise a été réalisée par l’ANSES le 2 janvier 2016. Il s’agissait d’évaluer les risques liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs visant le développement musculaire ou la diminution de la masse grasse.

Selon cette étude, il existe des risques pour la santé pour des bénéfices incertains. L’ANSES émet dans son rapport des recommandations et donne également quelques conseils que nous détaillerons à la fin de cet article.

ANSES, c’est quoi ? C’est l’ Agence Nationale  de Sécurité Sanitaire (organisme officiel).

anses et etude sur effets des compléments alimentaires

L’ Anses met en œuvre une expertise scientifique indépendante et pluraliste, elle contribue à assurer la sécurité sanitaire dans les domaines de l’environnement, du travail et de l’alimentation et à évaluer les risques sanitaires qu’ils peuvent comporter.

Elle contribue également à assurer d’une part la protection de la santé et du bien-être des animaux et de la santé des végétaux et d’autre part à l’évaluation des propriétés nutritionnelles des aliments.

Elle fournit aux autorités compétentes toutes les informations sur ces risques ainsi que l’expertise et l’appui scientifique technique nécessaire à l’élaboration des dispositions législatives et réglementaires et à la mise en œuvre des mesures de gestion du risque.

C’est aussi la mise en place du dispositif national de nutrivigilance avec près de quarante-neuf signalements d’effets indésirables susceptibles d’être liés à la consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs, qui ont été portés à la connaissance de l’Anses.

Les objectifs sportifs dans la pratique

Dix-sept de ces signalements sont suffisamment complets pour pouvoir faire l’objet d’une analyse d’imputabilité vis à vis des compléments alimentaires. Les effets indésirables rapportés dans ces cas sont majoritairement d’ordre cardiovasculaire (tachycardie, arythmie et accident vasculaire cérébral) et psychiatriques (troubles anxieux et nervosité). Huit cas d’effets indésirables sont d’imputabilité vraisemblable.

Parmi ces 49 cas d’effets indésirables portés à la connaissance du dispositif de nutrivigilance, 15 déclarations impliquent des compléments alimentaires achetés sur Internet, 3 dans des lieux de vente spécialisés, et 1 cas concerne une salle de musculation (complément alimentaire et une boisson dite énergisante).

Les substances concernées sont la créatine, la l-carnitine, les protéines, acides aminés et métabolites, la DHEA, certains produits prétendus “brûleurs de graisse” contenant de la caféine, des extraits de plantes, de minéraux etc..

nutrition

On constate que les compléments alimentaires sont traditionnellement utilisés par les culturistes mais que la consommation tend à se développer dans de nombreuses autres disciplines sportives pour accroître de façon naturelle la performance. De plus en plus les consommateurs sont encouragés à les consommer via la plupart des forums de discussions spécialisés et via les publicités des produits omniprésentes sur internet. Or le consommateur est peu susceptible de bénéficier d’un encadrement médical ou de conseils objectifs de professionnels de santé.

De nombreuses substances entrent dans la composition des compléments alimentaires. Certaines de ces substances sont autorisées. En France, les compléments alimentaires sont réglementés par le décret n°2006-352 du 20 mars 2006 relatif aux compléments alimentaires. Les substances chimiques utilisées comme sources de vitamines et de minéraux sont listées par l’arrêté du 9 mai 2006. Les fibres, acides aminés, plantes et autres substances incorporés doivent être autorisés par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

D’autres sont inscrites sur la liste des substances interdites éditée et révisée tous les ans par l’agence mondiale antidopage et reprise en France annuellement par un décret du ministère des sports.

complement alimentaire

Toutefois, bien que les compléments alimentaires contenant ces substances ne soient pas autorisés à la vente, il est possible de se les procurer notamment sur Internet. Certains sportifs peuvent ainsi consommer des substances interdites, parfois même sans le savoir dans le cas une substance est ajoutée par le fabricant sans en faire mention sur l’étiquetage du produit.

Les principales recommandations faites par l'Agence aux consommateurs et aux sportifs :

Sur la base des observations formulées dans le rapport, le groupe de travail « Nutrivigilance » émet les recommandations suivantes :

  1. – Les compléments alimentaires destinés aux sportifs sont déconseillés chez les sujets présentant des facteurs de risque cardiovasculaire ou souffrant d’une cardiopathie ou d’une altération de la fonction rénale ou hépatique.
  2. – Ils sont déconseillés chez les enfants, les adolescents, les femmes enceintes ou allaitantes.
  3. – Les compléments alimentaires destinés aux sportifs contenant de la caféine sont déconseillés chez les sujets adultes sensibles aux effets de cette substance.
  4. – La consommation concomitante de plusieurs compléments alimentaires ou leur association avec des médicaments est déconseillée.
  5. – La consommation de compléments alimentaires destinés aux sportifs doit être signalée à son médecin ou à son pharmacien.
  6. – Les sportifs doivent être particulièrement attentifs à la composition des produits consommés et privilégier les produits conformes à la norme AFNOR NF V 94-001 (juillet 2012).
  7. – Les consommateurs et les intermédiaires de vente doivent privilégier les circuits d’approvisionnement les mieux contrôlés par les pouvoirs publics (conformité à la réglementation française, traçabilité, identification du fabricant).

compléments alimentaires, les proteines

Des études complémentaires sur le devenir dans l’organisme et la toxicité à long terme des extraits de plantes et de certaines substances présentes dans les compléments alimentaires destinés aux sportifs sont nécessaires. Une amélioration de la coopération internationale sur la surveillance des effets indésirables associés à la consommation des compléments alimentaires destinés aux sportifs doit être mise en œuvre.

Les  conseils personnalisés des professionnels de santé, d’entraîneurs ou des préparateurs physique, sont indispensables selon l’ANSES.

Il est également important que ces professionnels de santé bénéficient d’une solide formation initiale et continue en matière de nutrition, et en particulier de nutrition du sportif.

Rating: 4.5. From 14 votes.
Please wait...

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "La prise de compléments alimentaires pour sportifs n’est pas anodine."

Le sujet vous fait réagir ? Donnez votre avis.

Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Eric Cyclo
Invité

oui on se laisse souvent tenter par les compléments alimentaires en se disant qu’une petite cure ne peut pas faire de mal et qu’au pire des cas ça n’aura aucun effet special. ceci dit les proteines ca n’a encore tue personne..

anemone
Invité

Pour perdre du gras inutile de prendre des produits diététiques, on brûle les graisses en faisant du sport et on prend des protéines pour ne pas perdre de masse musculaire

wpDiscuz