protéines musculation

Les protéines c’est pas inutile (1° partie)

Plans d'entraînements et filières energétiques

Des protéines pour sculpter son corps et être dessiné. Les protéines (protides) sont utilisées par notre corps dans la réparation et la construction de nos tissus (os, peau, muscles, sang..).

Les protides sont présentes dans les cellules vivantes de notre organisme et elles en constituent le principal matériau de structure. Les personnes actives ont un besoin accru de ces protides afin de construire leurs masses musculaires mais elles sont aussi indispensables aux personnes qui ont décidé de faire un régime amincissant (diète protéique).

Les protéines sont des macro-nutriments indispensables à la vie cellulaire, principalement des tissus musculaires et neurologiques. Elles sont indispensables en matière de défense immunitaire, de problèmes infectieux, endocrinologie, au niveau psycho-comportemental, de contrôle du poids, et bien sûr elles sont très utiles aux muscles (silhouette, définition musculaire …). On distingue deux grands types de protéines musculaires qui sont l’actine et la myosine. Lors une contraction musculaire, ces molécules glissent l’une sur l’autre ce qui accroît le diamètre des fibres et les rend plus fortes, les contractions deviennent plus puissantes.

proteinesAu niveau de nos muscles (composés de protéines et d acides aminés) elles vont servir de structure de base au tissu contractile. Lors un effort, elles servent aussi de carburant musculaire. En levant des poids par exemple, on oblige nos muscles à s’allonger alors qu’ils cherchent à se contracter. Cette action provoque des atteintes microscopiques dans nos fibres musculaires; on ressent ailleurs de la douleur quelques heures après une activité physique ou sportive. En réponse, notre organisme rend nos fibres plus grosses et plus fortes pour résister à ces agressions. Les matériaux de construction qui servent à ce processus proviennent des protéines. Celles ci circulent dans le sang et ont aussi un rôle protecteur des muscles. Elles stimulent l’anabolisme et elles servent de source énergie en cas épuisement des glucides et des lipides qui sont utilisées en premier lieu.

De même, elles assurent les fonctions de transport de l’oxygène car elles participent à la synthèse de l’hémoglobine, des enzymes et des hormones. Les protéines jouent également un rôle essentiel dans la pression osmotique du plasma et elles élaborent l’ADN nécessaire pour la reproduction. Elles permettent à notre organisme de se défendre car elles participent à la synthèse des anticorps, de se protéger (kératine). Elles sont aussi utilisées à des fins énergétiques et pour permettre au corps une construction musculaire et la formation autres tissus.

Une alimentation équilibrée et variée couvre en général les besoins protéiniques journaliers un sédentaire qui sont très limités (inactivité). La communauté scientifique internationale a établie des normes concernant les apports diététiques recommandés pour un sédentaire. La ration journalière doit être environ de 58-63 grammes pour un homme et de 44-50 grammes pour une femme. Ces besoins sont de 45 à 46 grammes par jour pour un adolescent.

On constate que les besoins quotidiens ne sont pas les mêmes pour les hommes (masse musculaire plus importante) que pour les femmes. Ils seront plus importants pour un sportif, un athlète s’entraînant en force (haltérophiles, culturiste..), une femme pendant une grossesse ou un allaitement, un malade après une intervention chirurgicale. De très nombreuses situations pathologiques, fonctionnelles ou organiques, peuvent être prise en charge par les médecins spécialistes (nutrithérapie) grâce à l’optimisation des apports nutritionnels, en particulier par l’utilisation thérapeutique des protéines et des acides aminés.

La musculationIl existe une polémique au sujet de le prise abusive de protéines sous forme de compléments alimentaires car certains spécialistes considèrent que l’alimentation comprend tous les nutriments nécessaires à la vie et que l’ajout de compléments alimentaires anarchiques est souvent superflue, voire inutile. Néanmoins, beaucoup de sportifs et non sportifs ajoutent à leur alimentation des protéines qu’ils considèrent indispensable pour leur permettre augmenter significativement leur force musculaire. Les résultats des études scientifiques sont souvent complémentaires, certaines études justifient la supplémentation diététique alors que autres déconseillent la prise de protéines de façon anarchique et à des doses considérables car cela peut être dangereux pour les reins sur-sollicités (élimination des acides non utilisés). Les prises excessives peuvent aussi parfois provoquer un stockage sous forme de graisse et des troubles rénaux.

Néanmoins, on peut observer que la qualité des aliments est de plus en plus souvent remise en cause (aliments traités, produits industriels, trop aseptisés..) et que comme nous venons de le voir, chaque individu est différent. On est ainsi en droit avoir des doutes sur la qualité des protéines absorbées dans notre alimentation quotidienne. De plus, la composition, la quantité, le moment des prises, la qualité, la fréquence, sont autant éléments à prendre en considération si l’on veut obtenir des résultats spectaculaires. Cela peut justifier de conseiller un apport protéique supplémentaire à toute personne qui souhaite sculpter son corps et qui bien sûr, devra aussi pratiquer un sport adéquat. Cet apport couvrira environ 15% de la ration calorique journalière.

Pour construire du muscle, il faut présenter un équilibre azoté positif c’est à dire que l’organisme doit retenir des protéines et s’en servir pour élaborer de nouveaux tissus. Une balance azoté négative correspond à une fonte musculaire et à la maladie car dans ce cas l’organisme a perdu de l’azote, c’est à dire des protéines. L’entraînement de la force aide les fibres musculaires à mieux utiliser les protéines disponibles dans le corps.

Les protéines sont des composés azotés, formés de sous-unités: LES ACIDES AMINES. Une protéine est une chaîne de molécules composés A.A.

Ces composés s’obtiennent par la « pré-digestion » des protéines. Beaucoup de protéines sont recommandées avec une valeur biologique (V.B.) qui est calculée selon différentes formules plus ou moins fiables. Plus cette V.B. (indiquée parfois sur les emballages) est élevé, plus la digestion et l’assimilation seront faciles et optimales.

Il y a vingt acides aminés qui sont nécessaires à la croissance et au métabolisme. Parmi ces 20, 11 acides aminés ne sont pas indispensables (arginine, alanine, asparagine, acide aspartique, acide glutamique, cystéine, glycocolle, glycine, proline, sérine, tyrosine) et 8 sont indispensables ou essentiels (isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, thréonine, tryptophane, valine). L’histidine appartient au groupe des acides aminés indispensables chez l’enfant car il ne le synthétise pas. Il n’est pas indispensable à l’adulte.

Les acides aminés indispensables ne sont pas synthétisées par l’homme on doit donc en trouver tous les jours dans notre alimentation ou en prendre sous forme de complément alimentaire. Leur carence pose des graves problèmes au niveau cellulaire et de la synthèse des autres protéines.

Les protéines animales (viande rouge ou blanche, poisson, blanc œuf, lait..) sont riches en acides aminés indispensables. Les protéines végétales (céréales, arachides, tofu, féculents, amandes, légumes, riz, mais, blé, orge..) sont riches en fibres et en glucides. Mais ces principales sources d aliments protéines contiennent également des graisses, des graisses saturées, du cholestérol et donc des calories inutiles !

De plus, les aliments qui contiennent des protéines demandent une rigueur de conservation afin éviter que la nourriture ne soit contaminée par certains germes. La préparation des aliments sains demande aussi une certaine préparation et du temps.

LIRE AUSSI CET ARTICLE :  Calories et Sport

proteinesLe choix de protéines sous forme de compléments alimentaires permet éliminer les graisses et le cholestérol contenus dans les aliments (meilleure qualité), il n’y a pas de cuisson (non dénaturation du produit), on peut les préparer en quelques secondes ou les absorber discrètement. L’équilibre est respecté entre les acides aminés indispensables et ceux qui ne sont pas essentiels, ainsi que dans les vitamines et les minéraux nécessaires. En terme de coût, cela revient plus cher de prendre des protéines issues de viandes rouges que sous forme de compléments alimentaires.

Les avis scientifiques les plus récents sur le sujet démontrent qu’un culturiste ou un vétéran (inactivité: perte des masses musculaires) ont intérêt à tirer profit un apport protéique supplémentaire.

proteinesproteinesproteines

Suite de l’article (à lire)

Les protéines c'est pas inutile (1° partie) Note : ★★★★★ 4.6 based on 5 reviews
5 1
Plans d'entraînements et filières energétiques

Et si vous donniez votre avis sur le sujet ?